Roisin

Village hainuyer situé à 28 km au sud ouest de Mons, à 4 km d'Autreppe et 11 km de Dour, latitude 50°20', longitude 3°42', altitude 94m (seuil de la porte de la maison communale), superficie de 1222 ha. Roisin est la plus grande localité des Honnelles

Baigné par la Grande Honnelle, ce village est traversé par la chaussée romaine Bavay-Valenciennes. On y a retrouvé des vestignes d'occupations anciennes : haches de silex, tombes gallo-romaines, fragments d'aqueducs. Roisin viendrait de racemus qui signifie grappe de raisins. Roisin est en effet une des localités du pays où la vigne fut le plus anciennement cultivée.

Roisin date du VIIème. L'agglomération villageoise se trouvait à l'actuel hameau de Meaurain. L'importante seigneurie, qui deviendra plus tard une des 44 baronnies du Hainaut, relevait de la pairie de Chièvres. Elle passa successivement aux familles de Roisin, de la Fosse, de la Tramerie, de Sainte-Aldegonde et enfin à celle de Louvencourt

Roisin demeura longtemps coupé du Borinage et de la vallée de la Haine. La route le reliant à Elouges par Angre et Audregnies fut aménagée en 1848. La liaison ferroviaire Saint-Ghislain Dour Roisin fut inauguréée en 1882. En 1890 fut mise en service la ligne vicinale de Quiévrain par Angreau, Angre et Baisieux.

L'agriculture a toujours joué un rôle économique important : culture de céréales, de betteraves sucrières, élevage de bovins et chevaux.
On y compta également des manufactures de tabac, des carrières de marbre, des marbreries, un moulin à farine, des brasseries, une scierie, une exploitation de calcaire et une fabrique de pâte de pommes.

En novembre 1795, le brigand Moneuse et sa bande de chauffeurs assassinèrent les occupants de la ferme de La Houlette.
Emile Verhaeren y passa les dernières années de sa vie avec son épouse dans une maison près du Caillou-qui-Bique.

Depuis 1977, Roisin et 9 autres localités forment l'entité des Honnelles.

Population
1801 1846 1910 1961 1976
754 1566 1807 1296 1156

© Daniel Duprez (2008-2017)     Màj : 16/04/2017